Full-body specimens of Acipenser praeparatorum, a newly described species from the Hell Creek Formation in Wyoming.

Le «poisson de l’enfer» probablement tué par un astéroïde mettant fin aux dinosaures est préservé dans des détails époustouflants

Juste sous les plaines broussailleuses du sud du Dakota du Nord, sur le site d’un ancien lit de rivière, les paléontologues travaillent dur pour déterrer la fin du monde telle que les dinosaures la connaissaient.

Maintenant, ils ont découvert deux nouvelles espèces d’esturgeons de 66 millions d’années qui ont vécu et sont morts aux côtés dinosaures, conservés sous forme de fossiles dans des détails tridimensionnels exquis. Leurs travaux ont été publiés dans le Journal de paléontologie (s’ouvre dans un nouvel onglet) le 3 octobre.

L’équipe a trouvé les fossiles sur un site appelé “Tanis”, nommé d’après le prétendu dernier lieu de repos de l’Arche de l’Alliance dans le film de 1981 “Les aventuriers de l’arche perdue”. Tanis est une section de la célèbre formation de Hell Creek, qui s’étend sur des parties du Montana, du Dakota du Sud, du Dakota du Nord et du Wyoming, et abritait autrefois une grande rivière profonde qui alimentait la voie maritime intérieure de l’Ouest, désormais asséchée, qui s’étendait du golfe. du Mexique à l’océan Arctique. Mais un jour fatidique il y a 66 millions d’années, Tanis est devenu une fosse commune pour des milliers d’anciens poissons d’eau douce, qui ont été étouffés et enterrés sur place en un clin d’œil, peut-être dans les minutes qui ont suivi l’impact de l’astéroïde qui a anéanti les dinosaures non aviens.

“C’était vraiment incroyable”, a déclaré Lance Grande, paléontologue au Field Museum de Chicago et co-auteur de l’étude, à Live Science. “Je veux dire, [the fish] étaient empilés comme du bois de chauffage.”

Après des années de fouilles, Grande et ses collègues ont finalement eu la chance de commencer à étudier de près les poissons fossiles. Ils ont rapidement réalisé que quatre (deux de chaque espèce) des spécimens étaient quelque chose de spécial. Presque tous les revêtements extérieurs osseux des créatures, ou écailles, étaient intacts et impeccablement conservés. Et les spécimens aident à combler une lacune dans les archives fossiles de l’Amérique du Nord, qui manquent de nombreuses espèces du Crétacé supérieur. “Ils ont beaucoup de similitudes claires avec les esturgeons, ce qui les rend faciles à identifier”, a déclaré Grande. “Mais ils ont diverses caractéristiques uniques qui nous permettent de les décrire comme quelque chose de nouveau.”

(s’ouvre dans un nouvel onglet)

Les chercheurs ont surnommé l’une des nouvelles espèces (“acipenser” signifie “esturgeon” en latin, et “praeparatorum” se traduit par “préparer”, en l’honneur de l’équipe qui a préparé le fossile avant son enquête) ; ils ont nommé l’autre espèce, ou “l’esturgeon de Hell’s Creek”.) Les deux espèces de poissons sont éteintes aujourd’hui. Cependant, ils ont une ressemblance inattendue avec les esturgeons modernes originaires d’Asie de l’Est et d’Europe, plutôt que d’Amérique du Nord, a déclaré à Live Science, co-auteur de l’étude Eric Hilton, biologiste de l’évolution au Virginia Institute of Marine Science.

Les esturgeons et leurs parents sont particulièrement distinctifs dans les archives fossiles. “Ils ont ces grandes plaques osseuses à l’extérieur”, a expliqué Hilton, qui protègent les cadavres des poissons d’être déchirés par les vagues ou les forts courants fluviaux qui ont tendance à pulvériser les restes de poissons plus délicats. Et puisque l’exposition à beaucoup d’oxygène a tendance à décomposer les tissus corporels avant qu’ils ne puissent se fossiliser, la préférence des esturgeons pour les environnements à faible teneur en oxygène les prépare à la préservation.

Pour les esturgeons du site de Tanis, cependant, la quantité d’oxygène contenue dans l’eau n’aurait pas eu d’importance le jour de leur mort ; ils ont été victimes d’un énorme raz de marée qui a balayé des milliers de livres de sédiments dans la rivière, les enfouissant presque instantanément. Les scientifiques soupçonnent que cette vague a été déclenchée par le même astéroïde Chicxulub tueur de dinosaures qui a frappé la péninsule du Yucatán – Tanis est jonché de minuscules perles de verre révélatrices, appelées tektites, qui sont chimiquement identiques à celles trouvées dans le cratère de Chicxulub, a précédemment rapporté Live Science. Comme le reste de la Formation de Hell Creek, Tanis est aujourd’hui un instantané de la fin de l’ère mésozoïque.

En plus des deux espèces d’esturgeons nouvellement décrites, la rivière regorgeait de polyodons, de poissons-arcs, d’ammonites, de divers insectes et de reptiles aquatiques appelés mosasaures. Et, soupçonnent les chercheurs, il y a probablement beaucoup plus d’espèces qui se cachent dans les sédiments, attendant d’être excavées.

“C’est génial”, a déclaré Hilton, “Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg.”

A lire également