A chameleon among foliage.

L’extinction menace une espèce de reptile sur cinq

Plus d’un cinquième des espèces de reptiles à travers le monde sont menacées d’extinction, celles qui vivent dans les forêts étant beaucoup plus menacées que celles qui habitent les zones arides, selon une nouvelle étude.

Dans l’évaluation du risque d’extinction la plus complète jamais réalisée sur les reptiles, les chercheurs ont découvert que jusqu’à 21,1 % de toutes les espèces connues étaient en danger.

“C’est juste écrasant le nombre d’espèces que nous considérons comme menacées”, a déclaré le co-auteur de l’étude, Neil Cox. Les chercheurs ont publié leurs découvertes le 27 avril dans la revue La nature (s’ouvre dans un nouvel onglet).

Avant cette nouvelle recherche, il n’y avait eu aucune tentative formelle de déterminer combien de reptiles étaient menacés d’extinction. Au lieu de cela, les défenseurs de l’environnement se sont appuyés sur l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) Liste rouge des espèces menacées (s’ouvre dans un nouvel onglet)qui fournit le statut de risque des oiseaux, des mammifères et des amphibiens.

En utilisant les critères de la Liste rouge, les chercheurs de l’étude ont découvert que 1 829 des 10 196 espèces de reptiles étaient vulnérables, en danger ou en danger critique d’extinction, soit un total de 21,1 % des espèces connues.

Ils ont également constaté que 57,9 % des tortues et 50 % des crocodiles sont menacés ; au total, 40,7 % des amphibiens, 25,4 % des mammifères et 13,6 % des oiseaux sont considérés comme menacés par l’UICN, selon la Liste rouge.

L’étude mondiale a été menée sur 15 ans avec l’aide de 961 chercheurs représentant 24 pays sur six continents.

Pour l’étude, les chercheurs ont évalué des enquêtes et des ensembles de données préexistants sur les tortues, les crocodiles, les lézards, les serpents et les tuatara en Afrique, dans les Amériques, en Asie, en Australie, dans les Caraïbes, en Europe et en Océanie. Les Tuatara sont endémiques de la Nouvelle-Zélande et sont considérés comme les derniers survivants d’un ordre de reptiles qui remonte « à la période du Trias, selon le Département néo-zélandais de la conservation (s’ouvre dans un nouvel onglet).

Les auteurs ont déclaré que les reptiles étaient menacés à l’échelle mondiale par l’agriculture, l’exploitation forestière, le développement urbain et les espèces envahissantes. Cela expliquerait pourquoi les chercheurs ont découvert que 30% des reptiles vivant dans les forêts étaient menacés d’extinction contre 14% des reptiles vivant dans des habitats arides, les auteurs ont dit (s’ouvre dans un nouvel onglet).

Les chercheurs ont également découvert que les reptiles menacés étaient concentrés en Asie du Sud-Est, en Afrique de l’Ouest, dans le nord de Madagascar, dans les Andes du Nord et dans les Caraïbes – une découverte qui permettra aux défenseurs de l’environnement de concentrer leurs efforts dans les endroits qui en ont le plus besoin.

Les auteurs de l’étude ont également réduit les menaces principales pour différents groupes de reptiles. Par exemple, les lézards qui vivent sur les îles sont menacés par des prédateurs qui y ont été introduits par l’homme. En comparaison, la chasse et le braconnage sont les principales menaces pour les tortues et les crocodiles, a déclaré l’UICN.

La façon dont le changement climatique menace les reptiles n’est pas connue avec certitude en raison d’un manque d’études à long terme, ont déclaré les auteurs. Cependant, ils ont écrit dans l’article que le changement climatique est une “menace imminente” car il réduit la fenêtre lorsque les températures sont bonnes pour que les animaux à sang froid se nourrissent, et il peut également modifier les rapports de masculinité de la progéniture chez les espèces où cela est déterminé. par température.

“Les reptiles ne sont pas souvent utilisés pour inspirer des actions de conservation, mais ce sont des créatures fascinantes et jouent un rôle indispensable dans les écosystèmes de la planète”, Sean T. O’Brien, président et chef de la direction de NatureServe, qui a dirigé l’étude en collaboration avec l’UICN et Conservation internationale, dit dans un communiqué. Nous bénéficions tous de leur rôle dans le contrôle des espèces nuisibles et servant de proies aux oiseaux et autres animaux. »

A lire également