pozzi petrolio

Cette entreprise fossile ne parvient pas à colmater d’anciens puits de pétrole en mer du Nord (risque de catastrophe environnementale)

Des centaines de puits de pétrole et de gaz inutilisés en mer du Nord doivent être remplis de béton et sécurisés de toute urgence, mais des documents montrent que la société pétrolière et gazière de la mer du Nord, Perenco, n'a pas réussi à les sceller.

En bref, la plus grande société d’infrastructures pétrolières et gazières de la mer du Nord nous met en grave danger, car, préviennent les experts, elle ne parvient pas à boucher à temps ses puits de pétrole obsolètes et ne respecte pas les délais de démantèlement.

« Que personne ne touche au gaz et au pétrole » : c'est ainsi que l'Italie continue de financer des missions militaires pour protéger les énergies fossiles

L'année dernière déjà, une marée noire provenant des opérations de Perenco dans le port de Poole avait pollué le site du Dorset, internationalement reconnu pour son importance écologique. La RSPB – une organisation caritative anglaise de protection des oiseaux et de la nature – a signalé la présence d'oiseaux remplis d'huile dans les eaux du plus grand port naturel d'Europe, l'une des zones les plus protégées du Royaume-Uni.

Ensuite, Perenco a promis que cela ne se reproduirait plus et a promis de réparer les dégâts causés.

À ce jour, la compagnie pétrolière – active en mer du Nord, mais aussi en Afrique centrale, en Amérique latine, en Tunisie, en Turquie, au Vietnam et à Trinité-et-Tobago – possède 363 puits offshore rien que dans la mer du Nord, où des puits non encore fermés pourraient rejetant des produits chimiques dangereux dans l’eau et l’atmosphère, risquant ainsi la pollution et les incendies.

Les documents font état de 17 puits pour lesquels Perenco a demandé un extension au délai de démontage ou ne l'a pas respecté. Dans deux de ces cas, le délai n’a pas été respecté pendant plus d’une décennie. Un puits Perenco, au nord du champ Anglia, aurait été fermé en 2011 mais n'avait pas encore été entièrement déclassé en juillet 2022.

Un autre, proche du champ Indefatigable, devait être abandonné d'ici 2009 mais n'avait pas encore été complètement scellé et démantelé lorsque le Autorité de transition de la mer du Nord (NSTA), l'agence gouvernementale qui réglemente le déclassement des puits, a fixé une nouvelle date limite 11 ans plus tard. Pour l’instant, l’affaire reste inachevée.

Dans un communiqué, Perenco a en effet indiqué avoir conclu un nouvel accord avec la NSTA pour les abandonner d'ici 2025.

Nous verrons comment cela se terminera.

A lire également