Wildlife Photographer of the Year

L’ours blanc endormi sur l’iceberg à la dérive remporte le prix du photographe animalier de l’année : il est le symbole du changement climatique

Un ours symbole de la crise climatique à laquelle est confrontée le monde entier et en particulier l’Arctique : il est lauréat du concours Wildlife Photographer of the Year People’s Choice Award.

Une image extraordinaire par sa beauté mais aussi par sa brutalité capturée dans l’archipel norvégien de Svalbard il a conquis le Prix ​​du public du photographe animalier de l’annéeun prestigieux concours international promu par Magazine de la faune de la BBC et par le Natural History Museum de Londres depuis 1965.

La photographie représente un ours blanc endormi sur un petit iceberg à la dérive et le représente parfaitement transformation de l’Arctique sous les « coups » du changement climatique. Nima Sarikhani, la photographe derrière ce cliché évocateur intitulé « Ice Bed », a réussi à capturer à la fois le côté spectaculaire et le fragilité de notre planète.

Les quatre autres photos finalistes

Les photos seront exposées à Musée d’Histoire Naturelle de Londres jusqu’au 30 juintandis que certains d’entre eux ainsi que ceux de l’édition 2023 sont actuellement exposés en Italie, au Forte di Bard dans la Vallée d’Aoste, où ils resteront jusqu’au 2 juin 2024.

Plus de 75 000 images du monde entier ont participé au concours, mais seulement cinq ils ont atteint la finale après avoir été à leur tour choisis parmi une liste restreinte de 25. Ceux-ci représentent une tortue jouant avec un insecte, deux lionnes câlinant un lionceau, un oiseau aux ailes déployées dans le ciel de Rome et une spectaculaire aurore polaire qui illumine les méduses.

En les analysant en détail, «La tortue heureuse » a été prise en Israël par Tzahi Finkelstein et capture une tortue qui semble être souriant avec une libellule sur le bec.

Photographe animalier de l'année

« Le vol des étourneaux à Rome » de Daniel Dencescu capture plutôt le moment où un troupeau d’étourneaux crée l’illusion d’un gros oiseau dans le ciel de Rome.

L’autre œuvre passionnante des finalistes est «Parentalité partagée» de Mark Boyd, qui incarne deux lionnes s’occupant d’un petit tôt le matin au Kenya.

Photographe animalier de l'année

Enfin, n’oublions pas « Méduse aurore» d’Audun Rikardsen montrant deux méduses à feuilles de trèfle éclairées par des aurores boréales dans un fjord norvégien. En effet, il arrive souvent que ces méduses se rassemblent par centaines attirées par la lumière des aurores, dans une magie que seule la Nature peut nous offrir et que ces photos ont restituée en images magnifiques.

Source : Photographe animalier de l’année

A lire également