cacciatore

Non à la chasse sauvage : le gouvernement s'arrête avec le retrait de presque tous les amendements

Chasse sauvage? Non, merci. Des milliers de citoyens italiens et européens l'avaient demandé et maintenant le gouvernement reçoit également un avis contraire. Les amendements concernant la chasse ont presque tous été retirés. Les associations de défense des droits des animaux se disent satisfaites, mais continueront à surveiller attentivement la faune et sa protection

Des propositions absurdes en matière de chasse, qui visaient à annuler les recours contre les calendriers de chasse illégitimes, à abattre les oiseaux migrateurs dans les cols, à soustraire les appelants vivants à la protection de la loi, mais qui ont reçu un avis contraire du Gouvernement.

Les amendements sur la « chasse sauvage », comme la surnomment les défenseurs des droits des animaux, ont été presque tous retirés ou rejetés sur ordre de la Commission sénatoriale de l'agriculture, dans le cadre des travaux visant à transformer le décret agricole en loi.

Cela a été annoncé par une coalition satisfaite de groupes de défense des droits des animaux formée par Animalisti Italiani, Anpana, Cabs, Enpa, National Federation Pro Natura, Gaia Animali e Ambiente, Lac, Lav, Leal, Legambiente, Leidaa, Lipu-Birdlife Italia, Lndc Animal Protection. , Oipa , Réseau de sanctuaires animaliers gratuits et WWF Italie.

Les associations avaient fait appel au président du Sénat Ignazio La Russa, en envoyant une lettre dans laquelle l'accent était mis sur le sérieux des initiatives présentées concernant la chasse et leurs impacts.

Nous parlons de mesures qui ignorent la législation nationale et communautaire, ce qui mettrait en péril la protection des animaux sauvages. Mais les citoyens italiens et européens ont perçu la menace et ont soutenu les pétitions visant à bloquer ces amendements.

Plus de 65 000 signatures ont été recueillies grâce à la pétition lancée par Lipu-BirdLife Italia. Les organisations de défense des animaux se sont réjouies de la nouvelle sans baisser la garde.

Ce résultat confirme ce que nous avions dénoncé quant à la violation flagrante des règles constitutionnelles et européennes qui auraient été constatées par l'approbation des amendements « chasse sauvage ». On ne peut songer à supprimer les principales mesures de protection des animaux sauvages sans considérer les conséquences au détriment de tous. La nature est toujours en danger, c'est pourquoi nous continuerons à veiller, dans l'intérêt de tous les citoyens, pour stopper toute tentative de déréglementation, à commencer par la proposition de loi « tireur » encore en discussion à la Chambre des députés et la loi 2024/chasse. 25 calendriers que les Régions publient ces derniers jours et qui dans de nombreux cas présentent une illégitimité évidente » a déclaré la coalition.

Source : OIPA

A lire également