allocchi

Tuer un demi-million d'oiseaux de proie (pour en sauver d'autres de l'extinction) : la proposition folle des USA

Aux États-Unis, pour protéger certains rapaces, des biologistes et autres experts évaluent des solutions drastiques, qui pourraient déclencher un massacre avec l'élimination de centaines de milliers de spécimens d'une autre espèce de rapace.

Réduire les menaces à la survie des espèces indigènes vulnérables telles que les oiseaux de proie en abattant d'autres oiseaux de proie répartis dans tout le pays. C'est ainsi que nous voulons procéder aux États-Unis, en mettant en œuvre un plan de gestion qui pourrait autoriser le massacre de centaines de milliers de spécimens.

L'agence l'a proposé Le Service américain de la pêche et de la fauneévaluant les stratégies de protection de la sous-espèce de la chouette tachetée Strix occidentale caurinaun oiseau originaire de l'ouest de l'Amérique du Nord mais en danger d'extinction.

L'un des dangers est la chouette rayée, Strix varie, un oiseau de proie présent du côté est, mais qui s'est propagé rapidement, élargissant son aire de répartition à celle de la chouette tachetée. Alors que les deux espèces se disputent l’habitat et les ressources, la population de chouette hulotte, une espèce en voie de disparition, a considérablement diminué, au point de presque disparaître.

D'ici le faut-il intervenir, mais comment ? Une possibilité consisterait à éliminer un demi-million de chouettes rayées dans le cadre d'un projet à long terme qui serait mis en œuvre dans les États de Washington, de l'Oregon et de Californie au cours des trois prochaines décennies.

Le plan élaboré par Le Service américain de la pêche et de la faune il s'agit encore d'une ébauche et envisage plusieurs alternatives, notamment l'élimination de la chouette rayée dans les zones touchées.

Une première expérience a été réalisée il y a quelques années lors de recherches scientifiques lorsque, dans cinq zones d'étude, près de 2 500 chouettes rayées ont été exterminées. Les résultats avaient indiqué des signes de rétablissement de la population de chouettes tachetées, au détriment de sa « parente ».

Depuis, des biologistes et d’autres experts s’efforcent de trouver une solution au problème. Mais tout le monde n’est pas d’accord sur le fait d’ouvrir le feu. Les avis sur la question sont très divergents et il est difficile de donner une réponse même après une analyse minutieuse.

Le Fish and Wildlife Service est en train de passer du statut de protecteur de la faune à celui de persécuteur de la faune », a déclaré Wayne Pacelle de l'association. Action de bien-être animal, en rappelant que la chasse n'empêchera pas l'espèce de migrer vers d'autres territoires.

Les tournages pourraient commencer au printemps prochain, si la proposition reçoit un avis positif. La mesure, si elle devient effective, impose une réflexion éthique. Nous sommes confrontés à un dilemme : est-il éthique de condamner des animaux à mort pour protéger les autres ?

Source : Fws.gov

A lire également