fotovoltaico decreto aree idonee

Photovoltaïque : le décret « Zones Adaptées » signé, qu'est-ce que cela signifie pour le développement des énergies renouvelables ?

Le décret Zones Eligibles vient d'être signé qui laisse une marge d'appréciation aux régions avec des critères non homogènes au niveau national. De plus, le décret est rétroactif, mettant en péril le processus d'autorisation des zones déjà identifiées. Cela met sérieusement en danger le développement des énergies renouvelables de notre pays plutôt que de lui donner une impulsion.

Comment décider où installer des systèmes éoliens ou photovoltaïques ? Ceci est établi par le décret « Zones Appropriées », récemment signé, qui fournit les critères d'identification des surfaces où il est possible de construire des installations de production d'énergie à partir de sources renouvelables.

Le document, en attente de publication au Journal Officiel pour le début du processus de transposition en loi, est le résultat d'une longue discussion entre le Gouvernement et les Régions, mais le résultat ne semble pas satisfaisant.

La signature vient du ministre Picchetto Fratin, qui déclare dans le communiqué officiel que

Le MASE a toujours favorisé la voie du dialogue avec les administrations régionales et les collectivités territoriales. En fait, ce n’est qu’avec un partage total qu’il sera possible d’atteindre 80 gigawatts supplémentaires d’énergies renouvelables.

Pourtant, les protestations des associations écologistes ne se sont pas fait attendre, selon lesquelles ce décret, diffusé en projet et déjà critiqué, apparaît encore chaotique avec le risque de bloquer le développement des énergies renouvelables dans notre pays plutôt que de lui donner une impulsion.

Que prédit-il ?

L'l'accord est rétroactif et ne semble pas protéger les procédures d'autorisation déjà existantes, ni les zones appropriées mentionnées dans le précédent décret 199/2021, compliquant ainsi le tableau général. De plus, il laisse une grande liberté aux régions, avec des critères d'identification qui ne sont pas homogènes au niveau national, introduisant une zone tampon des sites protégés ou particulièrement précieux, pouvant atteindre jusqu'à 7 km.

Legambiente, WWF et Greenpeace ont également exprimé leur avis sur ce point

Un problème qui n'est pas seulement quantitatif, compte tenu de l'énorme patrimoine culturel, historique et naturel pour lequel une grande partie de notre territoire est déjà, à juste titre, soumise à de nombreuses limitations de la part de l'État et des surintendances, mais aussi économique, avec l'augmentation du coût de restant disponibles, et surtout réglementaire car cette liberté conduira les régions, lors de l'identification des zones, à adopter des critères différents.

Tout comme ça se passe dans La Sardaigne qui bloque toute nouvelle centrale.

Que va-t-il se passer ?

Selon Attilio Piattelli, président de la Coordination FREE

Aujourd'hui déjà, nous sommes en déroute par rapport aux prévisions du PNIEC, le Plan National Intégré Énergie et Climat, qui continue cependant de ne pas prendre en compte les objectifs du REPowerEU – c'est-à-dire le plan de l'UE visant à accélérer la transition vers une énergie propre -. avec le Décret agricole d'il y a quelques semaines et l'accord entre le MASE et les Régions sur le décret des zones adaptées, au lieu d'avoir une accélération, nous assisterons à un fort ralentissement des énergies renouvelables.

Un coup dur pour la pleine mise en œuvre de la transition énergétique propre et renouvelable.

Source : MASE

A lire également